Présentée pour la première fois à Lyon,

l’exposition est consacrée aux pionniers lyonnais du cinéma, à leurs inventions phares dans le domaine de l’image et à l’épopée du cinématographe.

01.
Introduction

En 1895 Louis et Auguste Lumière inventent le Cinématographe. Ils tournent parmi les tout premiers films de l’histoire du cinéma et rendent possible cette expérience inédite et collective : voir un film sur grand écran pour partager rires, larmes et découvrir l’inconnu… Mise en scène, sujets, genres, travelling ou remake, ils inventent aussi l’art de filmer.

brochure publicitaire de présentation de quatre appareils lumière

Si l’invention du Cinématographe a beaucoup participé à  la réputation de la famille Lumière, ceux-ci doivent avant tout être considérés comme des industriels.

02.
Une aventure
industrielle

vue aérienne de l'usine lumière

Leur usine de Lyon-Monplaisir se déploie en 1913 sur 4 hectares et emploie 800 salariés qui produisent plaques de verre, papiers sensibles et produits photochimiques. Appareils, accessoires et pellicules photographiques complèteront par la suite cette production.

03.
Préludes
à l’invention
du cinématographe

planche présentant une suite de photos d'un combat

Le cinéma est à la croisée des chemins d’une série de découvertes dans des disciplines aussi diverses que l’optique, la perception du mouvement, la mécanique et la chimie. Au cours du 19e siècle, tout s’accélère et chaque invention vient enrichir un fonds commun de réflexion. Le Cinématographe constitue ainsi un point d’aboutissement, à la confluence de tous les travaux précédents.

04.
Vers le spectacle
cinématographique

Le prototype n° 1 du Cinématographe, datant de 1894, témoigne des premiers travaux de Louis Lumière sur l’image animée et de ses essais sur des bandes de papier sensibilisé. Déjà, le format est le 35 mm et l’entraînement de la pellicule se fait de façon intermittente.

Le Cinématographe Lumière produit en série est une véritable usine à images autonome, réunissant dans un appareil unique pesant moins de 5 kg, les fonctions de caméra, de tireuse de copies et de projecteur.

05.
Une histoire
de famille

Photographe aux origines modestes, Antoine a su se reconvertir en industriel de la photographie. Il pressent que l’arrivée des plaques sèches va mettre la photographie à la portée de tous.
C’est à ce moment qu’interviendront ses deux fils, liés par un serment adolescent de travailler toujours ensemble. La complémentarité de ces trois fortes personnalités conduira la famille vers le succès.

Auguste et Lumière concentrés, travaillant ensemble dans leur laboratoire

06.
Les opérateurs

« Offrir le monde au monde »
(Bertrand Tavernier à propos des opérateurs)

frere lumiere en voyage

1895, les comptes rendus élogieux des projections de démonstration du Cinématographe suscitent nombre de propositions d’achat. Mais les frères Lumière préfèrent conserver la maîtrise de son exploitation et mettent en place un système de distribution contrôlée. Le Cinématographe Lumière s’implante simultanément en France et à l’étranger et l’exploitation se mêle opportunément à la production grâce aux opérateurs envoyés sur place. Les images tournées dans le monde entier engendreront chez les spectateurs un sentiment de proximité fulgurante et de rétrécissement du globe terrestre.

07.
Première séance
au Salon Indien

En 1895, Antoine Lumière se charge de l’exploitation commerciale du Cinématographe. Il loue à Paris une salle de billard, le Salon Indien, dans le sous-sol du Grand Café. La séance de l’après-midi est réservée aux invités, subjugués. Certains sont prêts à acheter l’appareil très cher. La séance du soir, publique et payante, n’est pas un franc succès mais le bouche-à-oreille répand rapidement la nouvelle et les séances seront multipliées pour répondre à la demande.

reconstitution du salon indien

08.
L’invention
en continu

Projecteur de 75mm conçu pour l'exposition universelle de Paris en 1900

Pour l’Exposition universelle de Paris en 1900, Louis Lumière propose des projections du Cinématographe sur un écran monumental. Il a, à cet effet, conçu un nouvel appareil au format large, utilisant une pellicule de 75 mm. Une dizaine de films sont réalisés, mais la mise au point du projecteur n’aboutit pas à temps et ne donne lieu à aucune forme d’exploitation. C’est donc avec le Cinématographe 35 mm que sont réalisées avec succès les projections sur écran géant.

09.
La vie en couleurs
les autochromes

En 1903, le brevet pour un dispositif visant à « l’obtention de photographies en couleurs » est déposé, mais sa commercialisation, sous le nom de plaques Autochromes, ne commencera que quatre ans plus tard.
Louis Lumière parlera de « sept années d’efforts ininterrompus » pour mettre au point puis aboutir à la fabrication industrielle de ce procédé, qu’il considère comme son chef-d’œuvre.

photo couleurs avec le procédé d'autochrome Avec autochrome
photo noire et blanche Sans autochrome

10.
1422 films
Lumière

aperçu des 1422 films réalisés à l'époque des frères Lumière

Découvrez en simultané l’ensemble des films réalisés par les frères Lumière. Projetés dans leurs intégralités, ces chefs-d’œuvre mondialement célèbres ou « pépites » méconnues, sont les témoignages uniques d’une époque.

11.
Lumière
sur Lumière

Projection du documentaire : Lumière, au début et pour toujours réalisé en 2015 par l’Institut Lumière.

12.
Side by side

Présenté à la Berlinale 2012, ce film documentaire traite du passage de la pellicule au numérique vu par les réalisateurs et chefs opérateurs majeurs de l’Histoire du cinéma. Keanu Reeves, également producteur du film, devient pour l’occasion l’interviewer de Martin Scorsese, James Cameron ou encore David Lynch.

13.
Photorama,
le monde en 360°

En 1900, Louis Lumière dépose le brevet du Photorama, premier procédé de photographie panoramique permettant la projection dans une rotonde, d’un cliché unique représentant un tour d’horizon, soit 360°. De février 1902 jusqu’au printemps 1903, plus de 600 photographies panoramiques sont réalisées et projetées en public à Paris, dans une salle de 20 mètres de diamètre.

14.
Trois contemporains
des Lumière

Entre 1894 et 1914, s’écrit la belle histoire des origines du cinéma. Une histoire de pionniers, d’artistes, d’industriels et d’aventuriers dont Louis et Auguste Lumière, Georges Méliès, Charles Pathé et Léon Gaumont se partagent le prestige. La France dominera le cinéma international jusqu’à la Première Guerre mondiale.

George Melies

George Melies

Léon Gaumont

Leon Gaumont

Charles Pathé

Charles Pathe

15.
Le cinéma
en relief

La 3D au cinéma ne date pas des années 2000 puisqu’en 1935, Louis Lumière présente déjà un procédé de cinéma en relief. Il s’agit d’un remake 3D de l’Arrivée du train en gare de La Ciotat, qui se regarde munis de lunettes anaglyphes à verres bleus et jaunes. Une exploitation commerciale commence mais l’expérience reste sans réel lendemain. Louis Lumière déclare « tant que le relief nécessitera des lunettes, il ne pourra pas se répandre ».

A tester dans l’exposition un film en 3D qui se regarde sans lunettes, grâce à des écrans auto-stéréoscopiques !

16.
De l’argentique
au numérique

bobines de films
camera paillard

Depuis sa création, le cinéma a connu de nombreuses évolutions techniques. Le passage de l’argentique au numérique a considérablement transformé la production mais également la projection et les modes de consommation des images. Cette mutation affecte le cinéma dans son essence et pose la question du devenir de l’expérience collective de la salle de cinéma face à l’expérience individuelle sur smartphone.

17.
Lyon,
ville Lumière

Ville d’invention du Cinématographe, Lyon devient naturellement le sujet des premiers films. De mars à juin 1895, tous les films tournés par les Lumière le sont exclusivement à Lyon. Au final ce sont 200 vues qui y sont tournées, dont une trentaine qui montre avec précision la ville et son architecture.

Péniche traversant la Saône en 1935
Un pont de lyon en 1936